La valorisation des marcs de raisins dans le Sancerrois


Description du projet

L’unité de méthanisation de Marnay est située dans le Cher, sur le domaine de Marnay, territoire rural agricole de la région de Sancerre. Le projet est né de la volonté d’un agriculteur visionnaire et soucieux de son environnement : quand Matthieu Breusse reprend l’exploitation céréalière familiale du Moulin de Marnay de 450 hectares en 2006, la méthanisation lui apparaît comme la solution la plus pertinente pour limiter la fertilisation minérale de ses cultures, réduire ses émissions de gaz à effet de serre, sa facture énergétique, et renforcer l’indépendance de son territoire.

Accompagné par l’expertise d’Evergaz et de son bureau d’étude depuis sa genèse, l’unité de méthanisation par cogénération voit le jour en 2014 : le biogaz ainsi valorisé est transformé en électricité réinjectée sur le réseau. La chaleur récupérée sur la cogénération sert en partie à alimenter l’unité de méthanisation, mais aussi à diminuer la consommation de propane de la ferme du Moulin de Marnay.

L’unité de méthanisation exploitée par Evergaz traite aujourd’hui les déchets organiques agricoles et agroalimentaires locaux sur un rayon de 30 km dont les fumiers agricoles, et les marcs de raisins et jus de distillation du Sancerre. Une capacité de traitement de plus de 36,000 tonnes de déchets par an !

Données clés :

  • Cher (18)
  • Capacité de traitement : 36,500 tonnes par an
  • 23,500 tonnes de coproduits agricoles traités
  • Valorisation biogaz : 1 067 kWél.
  • Valorisation chaleur : séchage multi-produits
  • 3 589 tonnes e´quivalent CO2 évités
  • Cogénération permettant la production d’électricité et de chaleur
  • 22 800 tonnes de digestat liquide produits par an
  • 6 400 tonnes de digestat solide par an

Mobilisation d’Evergaz :

  • Développement du projet
  • Ingénierie technique´
  • Ingénierie administrative et financière
  • Maîtrise d’œuvre
  • Investissement sur fonds propres
  • Exploitation de l’unité

Bénéfices :

  • Traitement des déchets locaux
  • Production d’engrais organiques substituables aux engrais chimiques
  • Réduction des pollutions des zones humides sensibles (amont de la Loire)
  • Réduction de la facture énergétique
  • Réduction de la dépendance énergétique du territoire
  • Création d’emplois locaux