Construire un projet durable

Afin de garantir la réussite de ses projets de méthanisation, Evergaz, à travers son bureau d’études spécialisé Ledjo Energie, réalise des études de faisabilité, qui intègrent des paramètres techniques mais aussi sociaux, environnementaux, juridiques et financiers.

L’étude de faisabilité de chaque projet de méthanisation se décompose en plusieurs volets :

  • La réalisation du plan d’approvisionnement ;
  • L’étude de gisement pour l’identification, la qualification et la sécurisation des matières entrantes ;
  • L’étude de la valorisation du digestat produit ;
  • L’étude des besoins énergétiques pour la valorisation de l’énergie produite ;
  • Le pré-dimensionnement technique du projet ;
  • Le bilan environnemental de l’opération ;
  • Le point sur la réglementation en vigueur ;
  • L’analyse économique prévisionnelle.

Au cours de ces études, plusieurs scénarios sont analysés. Evergaz, en ligne avec le cahier des charges de l’ADEME, privilégie les solutions qui minimisent l’impact environnemental, répondent aux besoins des populations locales tout en optimisant la performance économique.

Si les coproduits méthanisables sont identifiés dans le plan d’approvisionnement, l’étude de gisement vise à les caractériser de manière plus précise : quantité, volume, type de produits, qualité et saisonnalité. Pour estimer le potentiel méthanogène et l’innocuité de chaque matière, Evergaz s’appuie sur un laboratoire partenaire et sa propre base de données de 1 400 produits, constamment enrichie par le retour d’exploitation de ses propres unités de méthanisation.

Résultats :

  • Estimer le potentiel méthanogène et les contraintes technico-économiques de chaque coproduit identifié
  • Déterminer les moyens à mettre en œuvre permettant le transport, le stockage et le traitement des produits sélectionnés
  • Évaluer la charge induite à leur mobilisation selon les sites d’implantation pressentis
  • Proposer un ou plusieurs scénarios d’approvisionnement
  • Etablir une estimation du dimensionnement et de la productivité énergétique : biogaz, éléctricité, chaleur, ou biométhane.

De la quantité et de la qualité des gisements dépendent le rendement de l’énergie produite et la valeur agronomique du digestat. Afin d’optimiser les performances du gisement, et d’assurer un volume d’intrants récurrent, les déchets organiques potentiels sont identifiés sur un périmètre de 20 à 40 km autour du projet. A ce stade, l’impact du transport sur la rentabilité et l’acceptabilité du projet est pris en compte.

Dans les projets de méthanisation, tout est transformé : si le biogaz est transformé en énergie, le digestat est aussi utilisé comme fertilisant naturel en fin de chaîne. C’est pourquoi l’étude de faisabilité intègre une analyse du digestat, qui permet de le caractériser et d’identifier, en fonction de son apport agronomique, des débouchés pour le valoriser.

Résultats :

  • Estimation du volume total de digestat produit
  • Estimation de la qualité agronomique du produit
  • Estimation de l’apport agronomique du digestat par type d’assolement selon les objectifs de rendement, les quantités et types de produit actuellement épandus
  • Identification des contraintes techniques d’épandage et proposition de solutions techniques adéquates
  • Estimation des surfaces nécessaires d’épandage
  • Etude des modalités d’échange matières agricoles/digestats

Pour chacun des scénarios de valorisation du biogaz envisagés, et sur la base du plan d’approvisionnement, les installations de méthanisation peuvent être dimensionnées, intégrant le potentiel de volume d’intrants, la taille de l’unité et le volume des sortants avec la nature des valorisations.

Résultats :

  • Réalisation d’un schéma de principe de l’installation
  • Description de l’installation et de ses principales parties constitutives
  • Estimation du mode de méthanisation le plus approprié : voie sèche ou liquide, estimation de la production en biogaz, en électricité, en chaleur, estimation de l’autoconsommation en électricité et en chaleur du site …
  • Estimation du dimensionnement selon la technologie la plus appropriée au gisement sélectionné
  • Réalisation d’un bilan matière-énergie
  • Plan estimatif d’implantation

Parce que la méthanisation sert par nature un développement durable, l’impact du projet sur l’environnement est étudié dès le stade de l’étude de faisabilité.

Résultats :

  • Estimation du gain engendré par la substitution d’énergies fossiles : estimation des gains (kWh/an) par rapport à la situation existante, estimation de la réduction des émissions de CO2 en tonne/an par rapport à la situation existante
  • Détermination du bilan des gaz à effet de serre sera réalisée selon la méthode DIGES, outil élaboré par l’ADEME et permettant de réaliser un bilan des émissions de gaz à effet de serre d’une installation de méthanisation.

A chaque étape de l’étude de faisabilité, la règlementation en vigueur est intégrée dans les scénarios, notamment :

  • la législation sur les déchets avec l’obligation de traçabilité des déchets d’origine animale (réglementation européenne sur les sous-produits animaux : agrément sanitaire) et des boues de STEP
  • les prescriptions applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE : rubriques 2781, 2160, 2910,…)
  • la réglementation sur le devenir des digestats (plan d’épandage) et sur la valorisation du biogaz
  • les conditions et la procédure de vente de l’énergie - raccordement électrique, raccordement dans le cas d’une injection du biogaz épuré en biométhane dans le réseau de gaz naturel

L’étude de faisabilité intègre l’analyse des coûts d’investissement prévisionnels et des coûts opérationnels de la future unité, permettant d’estimer précisément le potentiel de rentabilité.

Au vu de ces éléments techniques et financiers, le scénario le plus pertinent d’un point de vue économique, technique et environnemental est privilégié.

Evergaz réalise des études complémentaires en fonction des besoins spécifiques du projet.

Quelques exemples:

  • Étude sur la mise en place d’une plateforme de compostage des digestats solides
  • Étude sur la faisabilité de mise en place d’une unité de séchage de fourrage en lien avec une unité de cogénération
  • Étude sur les besoins énergétiques territoriaux en phase avec l’énergie thermique produite par une unité de cogénération
  • Étude des besoins énergétiques sur le territoire
  • Détermination du mode de valorisation du biogaz le plus adapté (cogénération, chaudière, injection, GNV…)